Kietu #1 : Zamdane, l’affamé

« Kietu », c’est une nouvelle série d’articles pour ceux qui aiment le rap. Ils auront pour but de retracer la vie et la carrière d’un artiste d’un point de vue global, afin d’en apprendre plus sur ceux qui bercent nos jours et nos nuits. Pour cette première édition direction Marseille. Nous allons parler d’une des stars de demain : Zamdane !

Shooting de Zamdane lors de la création de la cover du projet : Couleur de ma peine.

Zamdane, KIETU ?

Ayoub Zaidane ou Zamdane nous vient tout droit du Maroc. Plus précisément du quartier de Bab Doukkala à Marrakech. Très vite, il porte un intérêt pour la France et sa langue. « Le Français, c’était ma matière préférée en primaire » confiait l’artiste lors d’une interview avec Mehdi Maïzi. C’est une langue qu’il maîtrisera très vite, notamment grâce à son père, guide touristique au Maroc. Le but a rapidement été de rejoindre l’hexagone. Rejoindre sa famille ainsi que les touristes qu’il voyait tous les jours dans son pays. Cette double culture sera le fer de lance d’un art qui n’attendait que de pouvoir s’exprimer.

Arrivé en France en 2015, il voit cette opportunité comme une seconde chance dans la vie, et découvre le cultissime Feu de Nekfeu qui lui ouvrira les portes d’un nouveau rap. Auditeur de Booba, Niro ou Lacrim, c’est en France qu’il fera ses armes pour construire sa manière d’écrire et de rapper. Inspiré des plus grands, il lui tarde d’en devenir un lui aussi. Mais ce n’est que le début de l’histoire…

La naissance d’un affamé – SINBAD

Sinbad est un marin Bagdadi aux multiples voyages. Sept au total. Sept voyages mouvementés sur les différentes mers et océans du globe qui finiront par lui offrir le luxe et la gloire qu’il cherchait.

Assoiffé de connaissances, Ayoub âgé tout juste de 18 ans, utilisera ses deux premières années en France pour apprendre, comprendre, et construire sa vie futur. C’est avec le morceau Sinbad sorti en 2017 qu’il commencera l’aventure « Zamdane ». Un morceau où l’on retrouve certes déjà la patte du rappeur que l’on connait aujourd’hui, mais on ressent encore énormément l’inspiration qu’il tire des flow à Nekfeu.

  • « Quand j’appelle mon moi futur, ce bâtard ne décroche pas ».
  • « D’ici à Bercy, il n’y a pas de pitié ni de merci ».

Deux phrases tout droit sorti de la détermination d’Ayoub que l’on ressent dans le premier morceau qu’il publiera, deux punchlines qui sonnent comme une promesse, la promesse d’une vengeance intime sur la vie. Zam réalise qu’il est seul, et se fixe un objectif concret…Bercy.

Vizualizer de Sinbad sur Youtube

L’élévation d’un artiste – LES AFFAMéS

Le parcours jusqu’à son projet Couleur de ma peine sorti le 25 février 2022 a été fulgurant. A force de single, dont un véritable succès avec Favaro qui comptabilise aujourd’hui plus de 2 millions de vues sur YouTube, Zamdane affine de plus en plus son style. L’artiste a compris qu’il ne faut pas « faire du nekfeu » ou « faire du Booba », mais qu’il fallait « faire du Zamdane ». Le marseillais sortira une série aujourd’hui culte : Affamé.

Les Affamés sont une série de freestyles qui marqueront le parcours du Marocain. La troisième saison s’est achevé le 29 juin dernier avec le 22ème freestyle : Une éternité ne suffit pas, ode destiné à rendre hommage à sa petite soeur décédée (Paix à son âme). Accompagné d’une guitare, c’est toujours dans la chaleur des instruments que Zamdane confronte la froideur de ses textes.

Clip d’une éternité ne suffit pas – Zamdane

Cette manière de faire caractérise beaucoup le style de Zamdane. A la manière de ses collègues Stromae, ou plus récemment Khali, on chante et danse la tristesse de la manière la plus chaleureuse possible. Voilà ce qui définit à notre sens son dernier projet en date : Couleur de ma peine.

La révélation d’un Homme – COULEUR DE MA PEINE

Aisément l’un des meilleurs projets de l’année si ce n’est le meilleur. Ce 18 titres prouve que Ayoub n’est plus le rookie qu’il était. Accompagné de Dinos, Jazzy Bazz (featuring avec une alchimie unique) et Soso maness ; Zamdane nous offre un album qui raconte la vie et ses épreuves. Couleur de ma peine transforme les soucis de l’artiste en mélodie. Un bijou textuel qui mélange remise en question, détermination, mélancolie, espoir, hommage à ses proches et une envie de liberté omniprésente. Une certaine maturité se fait sentir dans ce premier projet. On dit souvent que ce sont les épreuves qui font grandir vite, ce projet en est le triste témoin. La force de ses textes réside dans le fait que Zamdane puise sa force et son inspiration dans ses heures les plus sombres. Néanmoins autour de tous ces problèmes, la flamme ardente de l’espoir est toujours allumé avec le titre : Lettre à mon Dieu. Situé parfaitement au milieu de l’album, c’est la lumière qui subsiste au sein de l’obscurité.

Lettre à mon dieu – Zamdane

Au fil des écoutes, on comprend rapidement que la place de la religion dans la vie d’Ayoub n’est pas anodine. Très accroché à ses valeurs et à sa culture, il n’hésite pas à en faire part dans ses textes. Lyricalement ou dans les sonorités, on retrouve très souvent une patte maghrébine qui colle parfaitement à son histoire. La musique de Zamdane ce n’est pas un film, c’est un témoignage.

La suite….?

Aujourd’hui nous nous trouvons à l’aube de la sortie du prochain album de Zamdane : « Mon album sera un 10/10 » annonçait l’artiste via ses réseaux. C’est sûrement une année 2024 bien fourni qui attend notre marseillais, avec nous en sommes convaincus, un album aussi marquant que le reste de sa carrière.

Nous touchons un petit mot à Rayan, Bobba, NewPirelli, Nino, Roxanne et à tout l’entourage de l’artiste pour votre travail. Félicitations.

Rendez-vous au Bercy dans quelques années Zamdane, on te le souhaite.